Mes chers amis du net, l’été arrive. D’avril à octobre, les précipitations naturelles ne suffiront plus pour abreuver vos plantes assoiffées. Arrosoirs ou tuyaux ne feront guerre le poids pour des grands terrains, un système d’arrosage automatique est bien souvent nécessaire.

Quelques lignes aujourd’hui pour comprendre cette installation, suivi de mes conseils de pro !

 

Arrosage-automatique-par-aurora-ramirez

 

Quel que soit le type d’arrosage automatique choisi, vous aurez recours à l’achat d’une pompe. Suivant la profondeur de l’eau puisée on l’appellera pompe de surface ou pompe immergée, c’est elle qui sera le cœur de votre installation.

La pompe d’arrosage va permettre de pomper l’eau et de l’acheminer vers vos différents points d’arrivée. Généralement, elle pompe l’eau d’un puits ou d’un cours d’eau. Une profondeur de moins de 7 mètres spécifique aux pompes de surface.

 

Une pompe de surface automatique n’est pas à choisir à la légère. Ne lésinez pas sur les moyens, une pompe de mauvaise qualité tombera en panne et ne sera pas conçue pour durer. Une pompe de bonne prestance bénéficia de sécurité manque d’eau, d’un amorçage automatique ainsi que d’un fonctionnement silencieux et robuste. Sans elle, plus rien ne marche. Tel le cœur d’un humain, la pompe est à la base de tout alors choisissez la bien.

 

Dans le même temps, choisissez une pompe à la pression et au débit adapté à vos besoins et à votre installation. Demandez conseil en magasin et n’oubliez pas qu’il existe un nombre infini de pompes afin de s’adapter à chaque typologie de terrain.